Sélectionner une page

Shenmue

par | 3 Août 2019

Vers le premier Shenmue

D’une lointaine contrée de l’est, par-delà l’océan, il apparaîtra. Il ignore la force cachée qu’il a en lui. La force qui pourrait… le détruire… La force qui pourrait réaliser ses rêves. Quand il sera prêt, il me cherchera. Et nous braverons ensemble le chemin parsemé d’embûches. J’attendrai… Cette rencontre était ma destinée… Et ce depuis des temps immémoriaux. Au cœur de la nuit d’encre, une étoile matinale luira solitaire… Et c’est ainsi… que la légende commence.

Parmi les plus illustres séries qu’ont conçu Yū Suzuki et l’AM-2, entre les Out Run et autres Virtua Fighter, excusez du peu, Shenmue est de très loin la plus ambitieuse. Trop ambitieuse, peut-être même. Non seulement parce que la promesse initiale d’un monde ouvert était complètement folle dans les années 90, mais aussi parce que Shenmue a d’abord été conçu comme une saga découpée en onze chapitres !

Lorsque le premier épisode est sorti en 1999 sur Dreamcast, il incarnait véritablement les prémices du monde ouvert tel qu’on le connaît aujourd’hui. D’abord imaginé comme un hors-série de Virtua Fighter, Shenmue fût une véritable claque tant par ses modélisations hallucinantes, et notamment le soin apporté aux visages des protagonistes, que par la liberté qu’il offrait, en réalité très relative. Ses développeurs ont même « inventé » un nouveau genre pour lui en le décrivant comme un FREE pour full reactive eyes entertainment, sous-entendant que le joueur pourrait interagir avec tout ce qui se trouverait à portée de main.

Dans les faits, Shenmue est un audacieux mélange de phases d’enquêtes et de combats avec des gameplays très différents.

À la recherche du meurtrier du père de Ryo Hazuki, le joueur passe énormément de temps à interroger les différents personnages non-jouables, jusqu’à obtenir des pistes le rapprochant de celui-ci. Lors de ces phases, il convient également d’occuper le temps entre les rendez-vous en flânant dans les rues ou en gagnant de l’argent, indispensable pour progresser.

Entre les phases de recherche, le joueur doit, de temps en temps, affronter des adversaires lors de combats que l’on décrit souvent comme proches de Virtua Fighter, à la différence près qu’ils ne se déroulent pas en un-contre-un mais souvent en un-contre-tous, avec notamment une célèbre séquence où Ryo n’affronte pas moins de 70 combattants !

Shenmue est aussi le jeu qui a modernisé et popularisé le QTE, notamment utilisé dans des titres tels que Dragon’s Lair et d’autres films interactifs. Ceux-ci prennent la forme de scènes cinématiques utilisant le moteur du jeu où le joueur doit cliquer sur les bonnes commandes dans le temps imparti, sans quoi la scène tourne mal et le joueur doit, dans le pire des cas, la recommencer. Depuis lors, d’innombrables jeux d’action se sont approprié le système avec plus ou moins de réussite.

Dans l’ensemble, Shenmue regorge d’activités et d’occupations très différentes les unes des autres. Lors de son master class de la Japan Expo 2019, Yū Suzuki explique que des jeux conçus avec plusieurs « thèmes » étaient à l’époque tabou car chacun d’entre eux risquait d’être moins développé que s’il était unique. Pourtant, le souci du détail et le travail minutieux de l’AM2 permettent à chaque « gameplay » de Shenmue d’être réussi et de parfaitement s’intégrer les uns aux autres.

Un autre point pour lequel la saga Shenmue est très amplement appréciée est sa capacité d’immersion rare ; pour ainsi dire, on s’y croirait. Si les zones dans lesquelles le joueur évolue sont plutôt compactes, elles regorgent de vie avec un travail quasi-maniaque sur les PNJ. Les lieux sont toujours animés, que ce soit au Japon ou en Chine, et l’immersion est d’autant meilleure que les compositions musicales sont absolument exceptionnelles.

Cependant, si la saga est aussi tristement célèbre, c’est peut-être parce qu’elle fait partie des plus grands échecs de l’histoire du jeu vidéo. Malgré le budget faramineux du premier épisode, environ 47 millions de dollars selon Yū Suzuki (un record à l’époque), Shenmue et la Dreamcast n’ont généré que trop peu de bénéfices pour que Sega ne poursuive les aventures de Ryo Hazuki. Cela se produit pour de nombreux jeux vidéo mais Shenmue II s’achève sur un cliffhanger haletant et l’absence d’un troisième épisode a longtemps laissé les fans orphelins d’un dénouement.

En 2015, Yū Suzuki obtient l’autorisation de Sega pour que la légende continue. Après un Kickstater fructueux rassemblant 6,3 millions de dollars (un autre record), YS Net met en branle un troisième épisode au développement tumultueux : le célèbre Shenmue III.

Vers le premier Shenmue