Sélectionner une page

Souls et Bloodborne

par | 26 Août 2018

Vers Demon’s Souls

Chez FromSoftware, il y a l’avant puis l’après-Demon’s Souls. Alors connu pour ses séries King’s FieldArmored CoreOtogi ou Another Century’s Episode, le studio récoltera un immense succès à partir de 2009 avec Demon’s Souls, suivi de la trilogie des Dark Souls puis de Bloodborne. Conçu par Hidetaka Miyazaki (qui deviendra président de FromSoftware à partir de mai 2014), Demon’s Souls dénote avec son époque : le succès insolent du casual gaming et l’émergence du jeu mobile auraient pu laisser croire que l’accessibilité prendrait le pas sur le challenge. Que nenni ; les ventes et l’affection du public pour cette série à la difficulté relevée donneront tort à celles et ceux qui imaginaient les Souls destinés à un marché de niche. Mais décrire cette série comme une succession de jeux difficiles est en réalité très, très réducteur.

D’apparence occidentaux, les Souls sont des RPG à la troisième personne dans lesquels on dirige un avatar créé par le joueur à travers des niveaux remplis d’ennemis et d’embuscades. Toute la saveur des Souls provient de leurs combats où chaque mob rencontré peut devenir un véritable danger. Comme dans n’importe quel RPG, il est indispensable d’augmenter son niveau, en échange d’âmes en l’occurrence (ou d’échos de sang dans Bloodborne) qui font aussi office de monnaie pour s’offrir des consommables, des équipements ou de nouveaux sorts. Cela dit, et c’est bien là tout le génie de la série, chaque mort du joueur entraîne la perte de toutes ses âmes (ou échos de sang) collectées à la sueur de son front ! Voilà de quoi rendre n’importe quelle rencontre inattendue quelque peu tendue. Il est possible de les récupérer puisque les âmes (ou les échos de sang) gisent à l’endroit de la mort. Attention, néanmoins, puisque mourir dans l’intervalle les fait disparaître, définitivement. Heureusement, le joueur peut régulièrement se rendre à des points de contrôle pour échanger sa récolte contre de précieux niveaux. À mesure de sa progression, il est possible de créer des raccourcis dans les environnements pour faciliter l’exploration.

Les boss de la série ne sont pas en reste, puisqu’ils constituent sans aucun doute le morceau le plus croustillant des Souls. Découvrir leur repaire n’est jamais aisé ; quant à les vaincre, c’est encore une autre paire de manches. Les affrontements donnent toujours lieu à une mise en scène spectaculaire et à des duels épiques, entre des créatures aux attaques dévastatrices et un joueur souvent impressionné par l’enjeu. Il ne faut aux boss que trois coups de cuiller à pot pour priver l’avatar de nombre de ses points de vie. Mais avec un peu d’apprentissage et beaucoup de concentration, aucune de ces créatures ne saurait résister éternellement.

Dans les différents jeux de la série, on est aussi amené à croiser de nombreux personnages non-jouables qui ont leurs propres histoires. Remplir leurs quêtes donne accès à des arcs scénaristiques facultatifs, à des objets rares et parfois à des fonctionnalités uniques.

Le dernier point qui caractérise la série n’est autre que son mode multijoueur asynchrone des plus originaux. Dans les Souls puis dans Bloodborne, il est possible de visionner les derniers instants de vie des autres joueurs en touchant les taches de sang au sol. On peut aussi consulter et évaluer les messages gravés au sol par d’autres utilisateurs. Enfin, il est possible d’inviter ses amis ou de parfaits inconnus dans sa partie, tout comme on peut rendre visite aux autres, pour coopérer l’espace d’un combat de boss ou s’affronter lors de duels « joueur(s) contre joueur(s) ».

À ce jour, la série compte cinq épisodes. Le premier est Demon’s Souls, paru en 2009 sur PlayStation 3. Il sera suivi par la trilogie des Dark Souls, sans aucun doute les épisodes les plus connus parce que disponibles sur plusieurs supports. Entre Dark Souls II et Dark Souls III, FromSoftware réalisera un titre dont l’univers et l’approche sont différents des Souls mais dont les mécaniques sont très similaires : il s’agit de Bloodborne, disponible sur PlayStation 4.

Vers Demon’s Souls